Hot! 3 bonnes raisons d’avoir recourt à une analyse CFD

Si vous opérez des installations d’une certaine envergure, qui nécessitent une capacité relativement importante de refroidissement, vous avez peut-être déjà eu recourt à une analyse CFD (en anglais, « Computational Fluid Dynamics », ou en français Modélisation Numérique de la Mécanique des Fluides).

 

L’analyse CFD (le terme anglophone est plus souvent utilisé au Québec) est une technique consistant à modéliser de façon numérique (c.-à-d., virtuellement, en 3D) les flux d’air dans un Data Center, dans l’optique d’en simuler le comportement sous différentes conditions d’opération.

 

 

À quoi ça sert au juste?

 

Ça sert à planifier plus efficacement

Ça vous permet de demeurer vigilant et proactif face aux aléas de la croissance, en simulant les impacts pouvant découler d’éventuels ajouts, retraits, modification, virtualisation et consolidation d’équipements.

 

Ça sert à comparer objectivement

Ça vous permet de comparer, de façon claire, scientifique, et réaliste, différents concepts, options, scénarios, d’implantation, etc., lors d’un projet de rehaussement ou dans le cadre d’une nouvelle construction par exemple.

 

Ça sert à prendre de meilleures décisions

Ça vous permet enfin d’évaluer la pertinence et l’envergure d’éventuelles modifications, dans l’optique de réaliser des économies, ou encore de faire des améliorations, sans pour autant faire de compromis au niveau de la performance et du rendement de votre salle de serveurs (Data Center).Pour en savoir un peu plus sur le sujet:

CFD_libre de droit

 

 

Est-ce que ça en vaut la peine ?

Selon M. Marc Bachkongi, ingénieur en mécanique et responsable de ce type d’analyses pour la firme de génie-conseil Kelvin-Emtech, l’analyse CFD peut offrir de nombreux bénéfices.

 

En fait, partant du principe que des professionnels reconnus et certifiés sont impliqués, qu’ils utilisent les outils appropriés (tel que le logiciel 6SigmaDC utilisé par KE), et qu’ils tiennent compte de l’ensemble des paramètres importants, ce type d’analyse permet d’anticiper des résultats bien concrets et, surtout, quantifiables. Par exemple :

 

  • Ça permet d’accroître significativement la performance et la durée de vie des équipements informatiques (l’équipement durera x% plus longtemps en moyenne), grâce à l’élimination de la présence de points chauds;
  • Ça permet de repousser l’ajout de capacité de refroidissement, et même d’opérer avec une densité de charge plus élevée en équipement, sans pour autant devoir ajouter de systèmes d’appoints, grâce au repositionnement stratégique des systèmes de refroidissement;
  • Ça permet de maintenir des conditions d’opération optimales, ce qui a pour effet de diminuer considérablement les coûts d’opération (lorsque l’on considère le fait que la climatisation peut représenter plus de 40% des coûts d’opération d’un centre, on comprend vite que les économies récurrentes réalisées peuvent très vite s’accumuler).

 

De plus, dans la plupart des cas, les coûts liés à une analyse CFD sont suffisamment accessibles, même pour les salles de petite et moyenne envergures, on serait donc fou de s’en passer.

Vous désirez en savoir plus ?

Le sujet étant potentiellement vaste et complexe, et surtout, de plus en plus actuel et pertinent, nous avons décidé d’entreprendre la production d’une série d’articles et de capsules vidéo afin développer les sujets suivants :

  • À qui ça s’adresse au juste? (et non, ce n’est pas fait que pour les « gros » utilisateurs);
  • Qu’est-ce l’analyse doit comprendre au juste, et à quelle fréquence faut-il la faire?
  • L’importance de la précision (6SigmaDC, versus solutions mitoyennes comme CoolSim);
  • Quelles sont les alternatives? Comment éviter les pièges des charlatans, et pourquoi faut-il à tout prix éviter les substituts à bon marché?;
  • Qu’est-ce que ça donne, concrètement? (études de cas et témoignages)
  • Qui est habileté à effectuer ce type d’analyse, et quels sont les critères de crédibilité, en termes d’équipements, outils, certifications, logiciels requis, etc.?

Conclusion

Même si vous opérez des installations de petite ou de moyenne envergure, ce type d’exercice pourrait s’avérer plus que pertinent. 

Ceci dit, ce n’est pas une raison pour ne pas faire ses devoirs. 

Donc, avant de procéder, assurez-vous donc de :

  1. Valider la pertinence de procéder à ce type d’analyse (pour ce faire, rien de mieux que de procéder à un bilan de santé préalable, avec un spécialiste comme Kelvin-Emtech par exemple);
  2. Définir la portée de l’analyse (nous vous aiderons à le faire dans un prochain article);
  3. Sélectionner et retenir les services d’un professionnel crédible (ici aussi, nous vous aiderons à bien comparer d’éventuelles offres de service)

On s’en reparle bientôt, d’ici là, merci de me faire part de vos commentaires.

A+

Pierre

À propos de l'auteur

Pierre Mally

Pierre Mally est associé principal et consultant indépendant chez Groupe Biotope, une firme d’experts-conseils qui assiste les gestionnaires responsables de salles de serveurs (Data Centre) dans le développement, et surtout la mise en application, d’une stratégie d’occupation plus saine, plus durable et plus en lien avec la réalité des TICs d’aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Champs requis *